deutsch/français  
 

 

Home

Gaudeamus!

Femmes à l'Université

Association
de soutien

Contact

Espace
culturel
Assens

 

 

 

Gaudeamus!

 

L’exposition spéciale «Gaudeamus!» est consacrée à l’histoire de la musique dans la vie estudiantine et universitaire. Elle offrira une vue «un peu différente» de l’histoire culturelle de la musique en Europe (conception de l’exposition).

L’exposition a pour but de présenter des chansons estudiantines issues du Moyen-âge et de faire connaître leurs implications politiques, religieuses et morales. Elle révélera aussi que l’imagination débordante, les jeux de mots et l’ironie des textes ne correspondaient pas uniquement au stéréotype «vin, femme et chant».

L’exposition veut aussi faire connaître au public la place que tient la musique dans la vie universitaire, un domaine encore peu connu jusque à ce jour. Il s’agit d’une musique destinée à rendre hommage, une musique festive ou commémorative composée par des chefs d’orchestre de l’université, qui sera à l’origine des orchestres et de chorales. Il existe un rapport direct avec les compositeurs les plus importants, qui ne créèrent pas seulement des ensembles musicaux d’étudiants, mais qui composèrent aussi de la musique pour des moments académiques festifs, comme p.ex. Telemann, Bach ou Mozart.

Le curateur de l’exposition est le musicologue Dr Hanspeter Renggli (*1952). Il enseigne à la Haute école des arts de Berne et fait des recherches dans les domaines de l’opéra, de l’esthétique musicale et de l’histoire universitaire. De plus, il est président du festival de musique de Berne, édite les Publications bernoises de musicologie et rédige des critiques pour plusieurs périodiques.
La graphiste bernoise Agnes Weber (*1964) est responsable de la conception. Elle exerce son activité dans le domaine de la communication depuis de nombreuses années et elle a déjà réalisé de nombreux projets similaires (www.weberundpartner.com).

* * * * * * * * *

Gaudeamus!
Clercs et goliards – 600 ans de musique estudiantine

Chansons d’étudiants, danses d’étudiants, vie estudiantine – qui ne la connaît pas, la réputation de belle vie dans les universités et les hautes écoles?

Dès l’avènement des premières universités d’Europe, la poésie, la chanson et la musique ont occupé une place importante dans la vie estudiantine et ses manifestations sociales. Ce n’est que par la satire des étudiants, sous forme de chansons, de danses ou de pièces de théâtre, que certaines critiques de la société étaient portées sur la place publique, que ce soit à Bologne au XIIIe, à Paris au XVe ou à Leipzig au XVIIe siècle. Depuis le Moyen Âge, les chansons estudiantines sont très imagées et pleines de jeux de mots – parmi elles, on trouve également quelques déclarations d’amour enflammées. D’innombrables textes, mélodies, danses, inscriptions dans des livres d’or, caricatures et livres de chants témoignent d’une culture que l’on qualifierait aujourd’hui d’«alternative» et qui fut assurément bariolée et d’une imagination foisonnante.

A travers plus de 140 illustrations et objets, accompagnés de 35 exemples sonores, cette exposition propose un éclairage original sur l’histoire de la musique en Occident.

 

Impressions de l'exposition

 

 Allgemeines Deutsches Commersbuch
(Unter musikalischer Redaktion von Fr. Silcher und Fr. Erk; 25. Auflage; Lahr 1884.)

 Oswald von Wolkenstein: «Her wiert, uns dürstet also sere» (Innsbrucker Hs., 1432, f. 29 v)

 Ensemble instrumentale estudiantine
(Bréviaire de Johann Wilhelm Thenn, propriété privée)

Miniature des quatre buveurs (Carmina burana, f. 89 v)
 

 

Expositions temporaires précédentes